top of page
Rechercher

​​Anita / Nébuleuse en stéréo

“La tête dans les étoiles, les oreilles sur Terre”

Retrouvez Anita sur Facebook

en un clic sur l'image ci-dessous

Anita Fraysse, chanteuse, compositrice et bassiste (de talent), débarque, accompagnée de trois musiciens dont Romane Tsacanias, sa claviériste qui l’accompagne au chant, Andreas Kyriakou à la guitare (et aux chœurs) et Didier Delluc aux percussions pour un premier album très inspiré et inspirant.

J’ai découvert l’artiste avec le single « Bad Mommy » qui m’a immédiatement conquis. On sent immédiatement un amour pour la musique et une volonté de s’amuser tout en ayant un angle de vue, un regard aiguisé sur la condition antinomique de la maman moderne. C’est à la fois entraînant, aérien et détendu. Pourtant, c’est à travers cet échappatoire artistique “feel good” qu’Anita se distancie des monstres du réel.

Futile insouciance” en est le plus bel exemple. C’est un morceau touchant, poétique, qui choisit la lumière tout en restant hanté par les fantômes d’une future nostalgie et les

parasites d’un réalité humaine parfois angoissante. “Vidé-blindé” porte un regard halluciné sur le covid et ses conséquences sociales, parfois proches d’une certaine forme de folie. Comme un passant pris au milieu d’un mouvement de foule brutal, Anita essaie de s’en échapper. “Nébuleuse en stéréo”, morceau titre de l’album, apporte ce besoin d’apaisement par l’intermédiaire de son approche planante, chaude et pourtant pleine de désillusion. “A la dure” porte un regard libre et conscient sur l’accouchement. A l’heure ou donner la vie est devenu, beaucoup trop souvent, un business vérolé par la course aux bénéfices. Le premier album d’Anita offre une intéressante opposition entre un regard lucide, très ancrée à la réalité et une musique plus céleste qui fait office d'échappatoire. Sa musique est pleine de surprises et d’influences diverses, souvent solaires. Comme un moyen d’exorciser ses démons et ses colères sur des notes de douceur, on perçoit aussi, derrière la pudeur, une conscience de l’importance du sentiment d’amour.

Vivement la suite !


Chronique par Fred Jurie


16 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page