top of page
Rechercher

Entretien exclusif avec Vonda Shepard pour la sortie de son nouvel album et sa tournée française.



La chanteuse pop aux 12 millions d'albums vendus, primée aux Golden Globes et Emmy Awards, a démarré sa carrière à la fin des années 80 avant de percer en 1997 lorsque David E. Kelley la choisit pour interpréter le thème principal de la série TV Ally McBeal. Vonda Shepard est alors propulsée au rang de star lorsque du jour au lendemain, « Searchin' My Soul » (extrait de son deuxième album) devient un hit. Vonda joue par ailleurs son propre rôle pendant les 5 saisons en égayant depuis son piano les inoubliables afterworks du célèbre cabinet d'avocats. A ce jour, elle détient le record Billboard pour avoir vendu le plus de B.O. d'une série télé. Mais cela ne doit pas éclipser une carrière riche de 12 albums influencés par le piano-jazz et le r'n'b, dont l'album éponyme « Vonda Shepard » et le hit « Baby, Don't You Break My Heart » qui confirment le succès de l'artiste après l'arrêt de la série.


Bonjour et bienvenue à Paris. Merci de m’accorder de votre temps que j’imagine précieux. C’est un réel plaisir de vous rencontrer de de faire cette interview.


Merci, c'est très gentil de votre part !

Que représente cette ville pour vous ?


Wow, c'est une question tellement profonde pour moi. J'ai étudié le français pendant 3 ans à l'école, quand j'avais 12 ans environ, et mon incroyable professeur parlait avec tant d'éloquence de Paris, décrivant les croissants et le café au lait, la magnifique architecture et les magnifiques musées, il fallait que j'y aille. Et j'y suis allé quand j'avais 15 ans avec ma meilleure amie, pendant plusieurs semaines ! Son père avait un appartement là! Paris sera toujours une ville magique pour moi… un jour j'aimerais passer 6 mois et vraiment me perdre dans la ville.


Votre carrière a commencée avec un premier album éponyme en 1989 dans un univers pop. Quel souvenir gardez vous de ce premier album ?


Je me souviens qu'après 4 ans de développement artistique chez Warner Brothers, je j'ai finalement signé à 24 ans, et j'ai appelé mon père depuis la cabine téléphonique d'un restaurant, plus que ravie ! J'ai eu la chance de travailler avec plusieurs producteurs incroyables, y compris James Newton Howard, Art Munson, etc. Je me souviens m'être senti en sécurité et comme si je flottais dans cette zone de musique et de support ; reconnaissance que j'avais enfin percé. Les expériences en studio étaient si gratifiantes.


Puis « Radical Light » avec un peu plus de sonorités folk, et « It’s good Eve » où le piano prend de plus en plus de place. En l’écoutant j’ai eu l’impression que cet album a été celui d’un nouveau point de départ. Est ce le cas ?


Oui, Eve était définitivement un nouveau point de départ. Vous avez de bonnes oreilles ! j'avais obtenu une rupture avec Warner Bros et plus personne n'interférait avec ma vision et sur mon approche de mon travail. J'ai pu avoir une intégrité totale et personnelle sur cet album. Et je traversais tant de choses, émotionnellement, ce qui, je pense, se ressent vraiment. C'était un période difficile, mais j'ai canalisé ma douleur dans la musique - mais pas seulement la douleur - aussi la façon dont je vois la vie. La beauté des choses simples, la nature, l'amour.



Ally Mc Beal : des apparitions dans la série et le BO qui l’accompagne. Une exposition inattendue ? Un vraie tournant dans votre carrière. Après toutes ces années est ce parfois compliqué d’avoir toujours cette « étiquette » Ally Mc Beal ?


Un tournant absolument inattendu et un changement complet dans ma vie. Je suis éternellement reconnaissant d'avoir vécu cette expérience incroyable, mais oui, c'est toujours compliqué d'être ainsi associé à la série. Cela étant dit, beaucoup de mes les fans sont restés avec moi sur les nouveaux albums, et c'est vraiment appréciable !


Après 3 album autour de la série à t il été compliqué de sortir « Chinatown » ? Aviez vous peur de comment allai le recevoir votre public ?


En fait, j'étais tellement excitée de recommencer à faire ma propre musique, que je n'étais pas inquiète du tout (naïvement!!) Mais les gens semblaient bien recevoir "Chinatown" et je leur ai donné les hits Ally à la fin du spectacle.


Puis suivront « From the sun » et « Solo » (piano voix) une forme de « mise à nue » ?


Je ne suis pas sûr de comprendre la question, mais avec From The Sun, j'avais ressenti un grand besoin de nouveau matériel, donc dû creuser profondément. Cet album a un côté plus soul ton, avec les voix de fond empilées que je fais moi-même et que j'aime faire. J'ai résolu certains problèmes passés dans les chansons. Ça faisait du bien de les sortir de ma zone de confort !


Un album toujours en partie autobiographique, l’amour d’une mère, l’amour tout court, et aussi qui parle de relativiser et de voir que la vie est belle malgré les périodes compliquées que nous avons traversé. « A paradise » est un ovni qui ne devait pas forcement être une chanson de l’album non ? Voix enregistrée à l’iphone


Oui, cet album expose ces sentiments incroyables d'être une mère, ainsi que les bouleversements de la pandémie, mais aussi, trouver la beauté de tout cela. je vais souvent à la mer pour mes chansons afin de trouver et apporter la paix et la beauté simple. Nous avons réalisé la vidéo de "Disappear" sur la plage de Malibu… c'était le décor parfait. Le titre "Paradise" est juste une sorte d'évasion, une chanson de fête. Vouloir se détacher et être libre à nouveau. Nous avons enregistré mon guitariste et mon bassiste et moi jouant tambourin pendant les balances, que nous avons compressé et utilisé sur l'album, avec de la vraie batterie, plus de guitares, etc., mais ma voix n'a pas été enregistrée sur l'iPhone. Les gars ont le mérite d'écrire des chansons à ce sujet, car ils ont commencé le jam !

(Découvrez l'album en 1 clic sur la photo ci-dessus)



Comment appréhendez vous la scène ?


J'appréhende la scène comme si c'était chez moi, et j'ai beaucoup d'amis à faire entrer dans mon salon ! J'essaie vraiment de me détendre et de me perdre dans la chanson. J'ai appris qu'avec le public Je peux vraiment apprécier l'instant présent. J'ai grandi dans un milieu scénique, artistique famille, donc je comprends le coté "showgirl", et je peux le faire, mais j'ai besoin d'être authentique.


Avez vous le même rapport avec le public de chaque pays ?


Il y a un fil qui traverse tous les pays et tous les salons, mais le sentiment et l'expérience extérieure varie selon les pays. Au Japon, les gens sont très silencieux, mais ils écoutent vraiment et me disent qu'ils ont adoré le spectacle. En France, les gens sont plus expressifs extérieurement en me redonnant à l'amour et à l'émotion Je déverse dans leur direction… et j'adore ça ! J'ai hâte de revenir !!


Réservez vos places en 1 clic sur la photo ci dessous


26 vues0 commentaire
bottom of page