top of page
Rechercher

Elmer Food Beat - les potes reviennent et font grand bruit !


Retrouvez les Elmer sur Facebook

en un clic sur la photo ci-dessous

Qu’on se le dise, Elmer Food Beat est de retour avec un album rock, puissant et généreux. Un album qui se partage avec les amis parce que c’est quand même super agréable « le bruit des potes »

C’est avec ce titre efficace que s’ouvre le septième album studio du groupe. Si la rythmique directe et punchy pourrait laisser présager un texte léger, il évoque pourtant, en sous-texte, le manque et la solitude qu’on pu créer les obligations liées aux restrictions de la période Covid. A travers un axe différent, « L’un sans C » évoque les aberrations et les avantages du confinement, ainsi que les questionnements et les prises de conscience qui se sont éveillées durant cette période.


« No future » (premier single) est un morceau festif teinté d’une nostalgie à laquelle on ne peut échapper en vieillissant. Grâce à sa positivité et sa direction musicale, ce regard sur le passé est certes nostalgique mais jamais triste.

On appréciera, avec « Bling Bling » la petite gifle que le groupe met aux influenceurs planqués à Dubaï, en révélant peut-être la raison de cette fumisterie: et si ces gens n’avaient pas de cœur ?


On retrouve évidemment, et avec plaisir, un des thèmes de prédilection du groupe: les femmes ! Avec « En vérité » qui évoque aussi la solitude, les musiciens rappellent à quel point les femmes peuvent jouer un rôle d’antidépresseur naturel.

« Marylin » renoue avec l’esprit grivois qu’on aime tant, mêlé à des accents punks. « Mon paradis » évoque avec légèreté le plaisir du sadomasochiste, ou comment évoquer l’amour sous un axe que le groupe n’avait encore jamais abordé.


Même s’il parle d’amour avec humour, “Tri sélectif” fait partie des pistes qui évoquent indirectement les préoccupations écologiques contemporaines. “Réchauffement climatique” en est peut-être le plus bel exemple. En choisissant un axe décalé et amusant, le texte fait mouche !

« L’amour dure » est une belle surprise. Ce duo, sous forme de ballade, évoque leur tube “Daniela” et la censure paradoxale à laquelle le groupe a dû faire face en 1990. Une suite mature, sous la forme d’une jolie chanson d’amour qui fait office de respiration avant le grand final, « Sala », un instrumental rock inspiré d’un chant du Stade Nantais en hommage à Emilio Sala, joueur de football décédé en 2019.


Le dernier album des Elmer Food Beat propose un rock puissant, rythmique et frontal, tantôt punk, tantôt rock mais toujours franc et positif.

A travers des textes alternant entre légèreté et conscience, le groupe trouve un moyen d’aborder l’angoisse de la solitude, du temps qui passe et de l’ombre de la mort (qui a récemment frappé le groupe avec la disparition de Twistos, l’un de ses membres fondateurs).

Leur musique réussit le paradoxe de soigner les maux qu’elle “dénonce” car on le sent indéniablement en les écoutant : la vie et ses drames n'altèrent jamais la joie qu’on ressent dans leur musique ! Ne ratez pas leur tournée, leur joie est contagieuse !

Frédéric Jurie.


44 vues0 commentaire

Comments


bottom of page